Les limites liées au clonage

Nous venons de voir que le clonage pourrait avoir de nombreux avantages. Mais alors pourquoi les recherches n’avancent elles pas plus vite ? Il y a encore, en effet, beaucoup de problèmes non résolus qui freinent considérablement la recherche. Quels sont ces problèmes ? Ce sera le sujet de cette troisième partie

 

La nature résiste

 

a)les animaux clonés

 

On parle souvent des nombreux animaux qui ont déjà été clonés. Mais on parle moins des difficultés qu’ont eu les scientifiques pour les obtenir. En effet il faut savoir que le taux de réussite d’un processus de clonage est très faible : il est environ de 2%( pour Dolly il y eu 434 essais !) ! Selon Mr Renard (INRA)  « Nous n’avons pas d’explication, c’est de l’artisanat plus de la science ». Tous les chercheurs tentent d’améliorer ce mauvais rendement. Il y a pour l’instant deux aspects du processus qui sont étudiés : l’aspect cellulaire et disons l’aspect pratique.

 

Commençons par l’aspect cellulaire. Le problème est que les scientifiques ne savent pas encore quelles familles de cellules sont les meilleures donneuses. Ils ne connaissent pas non plus l’environnement le plus favorable aux premiers stades du développement cellulaire. Enfin, ils ne sont pas réellement sûrs que cette « reproduction asexuée » qu’est le clonage, ne comporterait pas une erreur à la base. Dans le sens que dans une reproduction sexuée normale, on observe un phénomène appelé l’empreinte génétique. Ce phénomène est le fruit de la compétition génétique qu’il y a entre le spermatozoïde et l’ovocyte. En effet « l’imprinting » peut réduire au silence un gène hérité soit de la mère soit du père. C’est donc peut être la clé du mystère. Peut être que durant le processus de clonage « l’imprinting » est perturbé ou peut être est il inexistant ? La question n’est pas encore résolue.

 

Passons maintenant au deuxième problème qui pourrait expliquer le mauvais rendement du processus. C’est un problème beaucoup pratique. Les chercheurs se demandent s’ils utilisent vraiment les bonnes techniques biologiques dans toutes les phases du processus. La question n’est pas résolue non plus.

 

b) les animaux non clonés

 

Certains animaux n’ont pas réussi à être clonés et ceci démontre bien les limites actuelles du processus de clonage. Les scientifiques ont tenté de cloner de nombreux animaux mais certains ne donnèrent aucunes naissances vivantes. C’est le cas par exemple du poulet, du lapin, du chien, du chat et enfin des primates (il est même question de musée des horreurs quand aux résultats de ces tentatives!). Il y a de nombreuses raisons, connues et inconnues, pour lesquelles ces clonages n’ont rien données mais nous ne nous en préoccuperons pas étant donné l’extrême complexité du sujet.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site