Historique de la technique

   Les progrès de la connaissance et les développements techniques qui se rapportent dans le domaine de la biologie moléculaire et génétique et de la fécondation artificielle ont permis depuis un certain temps l'expérimentation et la réalisation de clonages dans le milieu végétal et animal.

 

  En ce qui concerne le milieu animal, on a tenté, dès les années trente, de produire des individus identiques obtenus par gémellaire artificielle, modalité que l'on peut définir à tort comme clonage.

 

  La pratique de la scission gémellaire dans le domaine zootechnique se diffuse dans les laboratoires d'animaux pour encourager la production multiple d'exemplaires choisis. En 1993, Jerry Hall et Robert Stillman de la George Washington University ont publié des données relatives à des expériences de scission gémellaire (splitting) d'embryons humains de 2, 4 et 8 embyoblastes qu'ils avaient eux-mêmes réalisées. Il s'agissait d'expériences conduites sans le consentement du Comité d'éthique compétent et publiées pour « stimuler », selon les auteurs, la discussion éthique.

  La nouvelle, parue dans la revue Nature du 27 février 1997, de la naissance de la brebis Dolly , due aux scientifiques écossais Jan et K.H.S. Campbell avec leurs collaborateurs du Roslin Institute d'Edimbourg a, quant à elle, ébranlé de façon exceptionnelle l'opinion publique et a provoqué des prises de position de la part d'autorités et de comités nationaux et internationaux: en effet, il s'agit ici d'un fait nouveau et considéré comme bouleversant.

 

  Ce fait présente une double nouveauté: la première est qu'il s'est agi non pas de scission gémellaire, mais d'une nouveauté radicale appelée clonage, c'est-à-dire a reproduction asexuelle et asexuée visant à produire des individus biologiquement égaux à l'individu adulte qui fournit le patrimoine génétique de base. La seconde nouveauté est que ce type de clonage proprement dit était considéré jusqu'à présent comme impossible. On pensait que l'ADN des cellules somatiques des animaux supérieurs, ayant désormais franchi le stade de la différenciation, ne pouvait plus redevenir totipotentes comme au stade initial et, par conséquent, avoir la capacité de guider le développement d'un nouvel individu.

 

  Une fois surmontée cette impossibilité supposée, la voie du clonage humain est apparue désormais ouverte, le clonage étant entendu comme la production d'un ou de plusieurs individus somatiquement identiques à la souche.

 

  Ce fait a, à juste titre, provoqué des réactions angoissées et alarmistes. Mais, après une première phase d'opposition unanime, certaines voix ont voulu attirer l'attention sur la nécessité de garantir la liberté de la recherche, de ne pas condamner le progrès; et il a même été dit que le clonage serait à l'avenir accepté au sein même de l'Église catholique.

 

  C'est pourquoi il est utile, avec le recul, et le temps ayant passé, de procéder à un examen attentif de ce fait qui a été ressenti comme un événement bouleversant.

Résumé global de l’historique :

1952

Transfert du noyau d'une cellule embryonnaire de batracien, dans un ovocyte, sans développement de l'embryon

1984

Clonage d'un mouton par scission d'embryon

1994

Naissance de 4 veaux obtenus par transfert de noyau de cellules d'embryons 

1996

Naissance de Dolly, premier mammifère obtenu par transfert de noyau d'une cellule adulte (somatique)

1997

Naissance de Polly, première brebis clonée et transgénique 

1998

Naissance de Marguerite, première vache française obtenue par transfert de noyau d'une cellule musculaire de foetus

2001

Naissances des 5 premiers cochons transgéniques clonés

2002

Naissance de CC (Copy Cat), premier chat cloné

2002

Naissance des 4 premiers lapins clonés en France

2002

Annonce de la naissance du premier bébé humain supposé cloné par la secte des raéliens. Cette information n’a pas encore vérifiée mais tout semble definir cette annonce comme une gigantesque publicité pour la secte

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site