Le clonage animal : ses intérêts

Le clonage animal :

 

 

Le clonage animal est utile à de nombreux domaines comme la recherche fondamentale, l’agronomie, la médecine ou encore la pharmacie.

 

a) En recherche

 

La recherche sur les animaux nécessite beaucoup d’animaux transgéniques. La production de clones transgéniques permet d’obtenir un taux de 50% d’animaux utilisables et donc d’utiliser par la même 2,5 fois moins d’animaux qu’avant la réussite du premier clonage ce qui réduit les coûts d’autant.

 

En recherche fondamentale, l’association transgenèse-clonage permet l’avancement des connaissances et permet d’essayer de comprendre le fonctionnement du génome et les processus de développement embryonnaire. On pourrait ainsi améliorer la connaissance des phénomènes de régulation de l’expression des gènes, de la détermination de certaines portions du génome (uniquement en complément du séquençage), et la reprogrammation du noyau lors du clonage. Objet de nombreuses recherches actuelles, cela permettrait aussi d’étudier les modalités de différenciation cellulaire des cellules souches.

 

Le fait d’obtenir des témoins quasi-identiques dans le cadre d’expérience scientifique serait un plus pour les chercheurs qui jusque-là sont confronté parfois à des résultats discordants selon le témoin. Aussi, il est probable que le clonage parvienne un jour à être le moyen de réduire la variabilité inter-individu des animaux utilisés en laboratoire.

 

b) En agronomie

 

Dans le domaine agronomique le clonage, souvent associé à la transgenèse  pourrait offrir de nombreuses perspectives pour les animaux d’élevage.

 

Les animaux d’un grand intérêt agronomique pour la race représentent un potentiel important pour les éleveurs. Les procédures de sélection pour ces animaux sont longues et l’animal en question est alors déjà âgé lorsque que sa valeur est reconnue. Le clonage de ce type d’animal permettrait de profiter de ses spécificités sans limite de temps.

 

La transgenèse permet d’améliorer  les performances de nombreux animaux d’élevage, et le clonage serait alors le moyen de productions de ces animaux « améliorés » artificiellement.

 

Quelques exemples :

-          Porcs transgéniques sécrétant de l’a-lactalbumine dans leur lait, ce qui augmente le taux de survie des porcelets

-          Animaux résistants à des maladies

-          Porcs transgéniques  exprimant le gène de la phytase et rejetant deux fois moins de phosphate dans leur excrément (moins de pollution des sols d’origine animale) 

 

 

 

 

 

 

c) En médecine et en pharmacie

 

Comme en agronomie, on pourrait cloner des animaux transgéniques dont les caractéristiques seraient d’intérêt cette fois, médical. Ces clones permettraient l’étude de maladies humaines comme le VIH ou la mucoviscidose.

Le porc est l’un des animaux les plus convoité à des fins de clonage. En effet, les organes du porc sont par leur taille, les mieux adaptés à l’homme dans le cadre de xénogreffes.

 

Les clones transgéniques, à l’image des bactéries transgéniques utilisées pour produire des molécules d’insulines pour les diabétiques, pourraient eux aussi servir de support à la production en quantité de molécules pharmaceutiques permettant de lutter contre des maladies humaines.

 

Toutes les applications possibles aux clones transgéniques animaux sont la source de gros enjeux économiques et financiers. Le poids de ces enjeux n’est bien sur pas négligeable dans la balance de décisions législatives face aux questions de manipulation génétique et de clonage.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site